blogVous voulez en savoir plus sur nous ?

20 septembre 2016

Smiirl présentation Team : Simon – CMO

Le troisième “C quelque chose O” de l’équipe ! On avait Gauthier CEO, Romain CTO et maintenant on a Simon CMO, pour Chief Marketing Officer. Au premier abord, son rôle est plutôt simple : propulser nos ventes en ligne en optimisant tous les canaux d’acquisition. Facile à dire, oui. Mais seulement en apparence. Besoin d’une explication ? C’eeeest partiiii !

Simon Smiirl

 

 

 

Il a fait une arrivée triomphale le 1er Juillet dernier. Gauthier s’était mis en quête d’un CMO depuis 4 ou 5 mois environ, et enfin le voilà! Et maintenant que j’ai officialisé mon retour, et bah c’est mon boss! Il prend le lead sur le brouillon que j’avais commencé à écrire : les Facebook Ads et le SEO. Son rôle est de rendre les campagnes digitales pertinentes, performantes et surtout le plus rentable possible. Attention, ça ne veut pas dire que ces 9 derniers mois de pubs digitales n’ont servi à rien, mais son travail d’optimisation a été colossal jusqu’ici et le sera davantage à l’avenir. La légende dit qu’il peut créer 50 pubs Facebook, faire une review de toutes nos données sur Analytics, gérer des partenariats et des leads potentiels, et se faire un café dans la même minute. C’est tout simplement le héros dont on avait besoin pour conquérir le monde ! Penchons-nous maintenant sur le personnage.

 

Commençons par son parcours. Pour changer, parce qu’on n’aime pas le conventionnel chez Smiirl, on a engagé quelqu’un qui a encore une fois un parcours assez atypique. Durant ses années lycée, il considère ne jamais avoir été un élève modèle, allant jusqu’à recevoir des remarques pour son absence de concentration et d’intérêt pour ce qui se passait en cours. Et, je cite, “Aucun de mes enseignants n’aurait parié sur moi”. Baccalauréat en poche, il va comme beaucoup d’entre nous se perdre dans les couloirs d’une FAC en licence de langues étrangères, dans lequel il ne “tient” qu’un an. En bref, Simon a rejoint à cette époque la très longue liste des étudiants qui s’embarquent dans une voie qu’ils décrieront dans le futur.

 

Pour ne pas rester sur du négatif scolairement parlant, il a ensuite vécu un gros déclic en découvrant l’univers de la communication et du marketing. Mais, rancunier du système d’enseignement traditionnel, il était en quête de changement et décide donc de s’orienter vers un BTS communication en alternance. Il fait alors ses armes dans l’agence shopper marketing Globe en tant que chef de projet, et sort major de promo de son BTS (une ligne sur le palmarès qui fait méchamment repenser à tous ceux qui lui ont mis des barrières auparavant…).

 

BTS en poche, il décide de rester une année à plein temps dans l’agence Globe pour parfaire son expérience et monter rapidement en compétences. Une année passe et sa soif d’apprendre l’amène à reprendre ses études (un vrai défi lorsque l’on a travaillé un an à plein temps) pour intégrer l’ECS Paris dans le cadre d’un master en communication / marketing digital en contrat pro. Étonnamment (dans un monde ou « l’infidélité » professionnelle est devenue monnaie courante), il re-signe pour une 4 puis 5ème année au sein de l’agence shopper marketing Globe au poste de responsable marketing sous la tutelle de la directrice marketing de l’agence. En parallèle des sujets de stratégie retail sur lesquels il travaille en agence pour principalement des comptes FMCG, il parfait ses compétences en marketing digital (refonte du site internet, SEO, community management), des compétences vitales pour le métier qu’il exerce aujourd’hui chez nous. En dehors des heures de boulot, il profite de son temps libre pour s’autoformer sur des aspects plus techniques du digital comme par exemple l’apprentissage de HTML/CSS et également un peu de programmation sur des projets Arduino et du Raspberry Pi.

 

Shhhhft, woob woob, transition :

Après 5 ans en agence dans une structure d’une 100aine d’employés, Simon avait envie de voir autre chose, de pouvoir piloter son propre pôle et ainsi appliquer/tester toutes ses connaissances acquises chez Globe. La start-up, il la décrit comme un vrai laboratoire pour chaque métier, l’innovation étant constante et essentielle à la survie d’une start-up. La chaîne de décision est beaucoup plus courte que dans de grandes structures et c’est ce qui l’a attiré.

 

Alors pourquoi Smiirl vous allez me demander ? Et bien je vais vous le dire. Le gros plus chez Smiirl pour lui c’était avant tout un projet qui lui parlait, un projet orienté Iot  (et dont il connaissait l’existence depuis le début). Son envie d’apporter sa pierre à l’édifice et de pouvoir participer à la croissance de Smiirl était maximale.

Ce qui l’a convaincu? Et bien je vais vous le dire. L’équipe. Il a accroché instantanément à cette aventure à échelle humaine, qui avance sans prétention. Il a d’abord rencontré Gauthier (CEO) et Romain (CTO), et leur a attribué un grand amour pour leur travail, et une volonté de sortir de l’ordinaire. Tout ça pour dire qu’il se reconnaissait dans l’état d’esprit du groupe et qu’il se projetait facilement dans le projet Smiirl. Banco.

 

Ses hobbys ? Entre sports et voyages, la découverte perpétuelle est son credo. 3 sports principaux à son arsenal : encore aujourd’hui, il va fouler de ses pieds de Growth Hacker les “green” d’Île de France pour aller swingger le fer et le bois (on parle de Golf pour ceux qui ne connaissent que le Foot et Zlatan). Auparavant, il a pratiqué le Rugby et l’Aviron. Pour les voyages, il met une gifle à tous les pseudo globe-trotteurs de notre team : Espagne, Suisse, Suède, Norvège, Pologne, Belgique, Angleterre, Île Maurice, Maldives, Seychelles, Antilles, Vietnam, Cambodge, Thaïlande, Etats-Unis, Brésil, Argentine, Emirats Arabes Unis. Voilà, rien que ça. Demandez-lui les photos pour les plus sceptiques qui ne le croient pas.

 

Enfin, quand on demande à Simon quels sont ses projets futurs, on arrive tout de suite à déceler l’ambition du bonhomme.Et à cette question il répond : “faire connaître Smiirl à l’international”. Mais encore ? “Ouvrir un jour Smiirl USA”. Ah oui, d’accord, ok. On remarque quand même quelque chose avec ces réponses. Au mot “futur”, il répond “Smiirl”, héhé. Mais quand on connaît le garçon et qu’on a bossé un minimum avec lui, on peut se dire que Smiirl USA n’est peut-être pas qu’une utopie après tout.. AMERICA WE’RE COMING FOR YOU BRO !

 

 

Merci d’avoir lu cet article, on espère qu’il vous aura plu et que vous aurez apprécié le parcours de notre nouveau lingot d’or ambulant,

I’m out 😉