blogVous voulez en savoir plus sur nous ?

21 juillet 2016

I’m Out

Lundi 26 Nov – Vendredi 22 Juillet. I’m out

I'm out

 

 

 

Tout est dans le titre, mon aventure chez Smiirl se termine aujourd’hui. Enfin, tout n’est pas dans le titre. Je parle ici de ce que j’ai appris/approfondi ces derniers mois, une période que je considère comme une des plus enrichissantes que j’ai eue à vivre.

 

J’ai appris que les réseaux sociaux ne pouvaient pas atteindre leur potentiel maximal sans interactions physiques. Enfin, au moins dans le cadre de nos compteurs. Les compteurs sont faits pour encourager les interactions entre les gens, en utilisant les réseaux sociaux. L’un ne va pas sans l’autre, et je l’ai appris lors d’un “tour de paris” que j’ai effectué pour voir nos clients de la capitale.

 

J’ai appris qu’un client pas content peut se transformer en client content si on lui répond vite et bien. Et ça mes amis, c’est ce qu’on apprend quand on est CM. Durant mon expérience chez Smiirl, j’ai eu affaire à des tonnes et tonnes de personnes qui me posaient des questions sur nos produits ou qui avaient des problèmes avec des derniers. Et devinez le message que j’ai reçu le plus souvent ? “Merci pour votre réponse rapide :)” (Enfin c’est pas tout à fait le cas, celui que je recevais le plus c’était plutôt “OK” mais bon, on va rester sur le “Merci”).

 

J’ai appris à vendre un produit “facilement”, sans bouger de ma chaise. Facebook Ads Manager les copains.  2L de budget, 100g de photos & videos, une pincée de punchlines accrocheuses, une dose de bouton “acheter maintenant”, et vous avez votre recette magique. Plus sérieusement, c’est pas si facile que ça. Il faut bien faire attention à l’audience ciblée, aux critères de ciblage et surtout au fait qu’on est responsable d’un budget. Une petite erreur et vous pouvez faire perdre un bon paquet de cash à votre boîte en un clin d’oeil. Et avoir reçu ce genre de responsabilités après seulement 2/3 semaines passées dans le business, c’est flippant mais tellement stimulant !

 

J’ai appris que j’avais tout simplement rien appris en école (ou presque). Comparé à ce que j’ai appris chez Smiirl du moins.

 

J’ai appris que je servais à rien sans mes 4 cafés quotidiens. Parfois c’était plutôt 5, ou 6.

 

J’ai appris à utiliser 1000 et 1 nouveaux outils. Facebook Ads Manager, Tweet-deck, WordPress, Slack, Quip, Trello, Google Analytics… Ai-je vraiment besoin de continuer ?

 

J’ai appris à caler 3/4 mots anglais dans chacune de mes phrases. Avant j’appelais ça le “language de connard”, maintenant c’est moi qui énerve mes potes.

 

J’ai appris à parler à des personnes 10000 fois plus influentes que je ne le serai jamais.  Mais en position de force, parce qu’ils voulaient quelque chose qu’il n’avaient pas, et que moi si héhéhé.

 

J’ai appris que travailler n’aide pas à réduire la clope.  PAS.DU.TOUT.

 

J’ai appris que j’aimais écrire, mais vraiment. Et bizarrement, que je suis plus à l’aise sur les articles en anglais, les punchlines viennent plus facilement. Shakespeare 1-0 Molière.

 

J’ai appris que je suis plus “produit” que “service”. Voir le compteur dans les vitrines de magasins, restaurants, bureaux, endroit chelous, me foutait le sourire aux lèvres à chaque fois. Parce qu’il était là, présent physiquement, visible par tous et palpable. Et c’est quelque chose dont on peut être fier. TEAM PRODUIT !

 

J’ai aussi appris qu’en fait, vendre, et bah j’aime bien ça. Dépasser le CA de la semaine précédente, un petit sourire en coin quand on voit une nouvelle conversion sur ses pubs facebook… Peut-être bien que je me pencherai plus sur le plan commercial à l’avenir, peut-être…

 

J’ai appris que certains clients achètent ton produit, mais n’en ont plus rien à fo*tre une fois installé.  Certains de nos compteurs n’ont pas été utilisé depuis plus de 6 mois, mais leurs utilisateurs ne nous ont jamais rappelé pour régler le problème et procéder à une reconnexion. C’est un peu triste quand même.

 

J’ai appris que je devais être un peu plus regardant sur mes dépenses. Parce que les salaires, parfois (souvent), ils arrivent en retard.

 

J’ai appris que j’aurais jamais les bolox de monter ma startup. TROP.DE.PAPERASSE. J’aime pas la paperasse.

 

J’ai appris à remonter le moral de mes amis (avant de le détruire héhéhé). Certains stages/alternances sont comme le mien : de grandes responsabilités, une grande liberté au niveau de l’écriture/des posts/des missions, et une part de décision dans la stratégie de groupe. Et d’autres stages/alternances, elles, réunissent tous les clichés qu’on connait si bien.. Et évidemment, quelques amis/proches ont vécu ça cette année. Leur dire à quel point mon expérience était formidable peut paraître cruel, mais ça leur permet de se dire qu’il y’a certainement une entreprise/startup faite pour eux qui n’attend qu’eux, où ils se sentiront aussi bien que moi chez Smiirl. Et ça, ça a plus ou moins été mon quotidien depuis 8 mois.

 

J’ai appris que le lundi matin était un mythe. Non, le lundi matin n’existe pas dans les calendriers, ou alors il commence à 11h (parfois 12h).

 

J’ai appris que travailler dans une petite structure facilite parfois la vie. Et tout va plus vite ! Si vous avez besoin d’aide sur un sujet, dites le simplement à haute voix. La personne se situant le plus loin de vous ne sera pas à plus de 4 mètres. Pas besoin d’envoyer un  mail au service X qui le transmettra à monsieur Y avant qu’il n’arrive enfin à votre destinataire final. En plus, Smiirl est dans un incubateur et partage ses bureaux avec une autre startup française, Niland. Cet environnement m’a paru parfait pour bosser, parce qu’on est toujours en contact avec des personnes qui peuvent nous apprendre quelque chose de nouveau tous les jours.

 

J’ai appris qu’on a toujours quelque chose de nouveau à apprendre. Et c’est pas rien, parce que c’est tout simplement la valeur centrale de Smiirl : “On est là pour apprendre”. Et ce point de la liste résume assez bien tous les autres. Ma curiosité a jamais été rassasiée, et c’est quand même cool de se dire ça après 8 mois de stage !

 

Pour conclure, j’aimerais juste dire Merci. Merci à Smiirl pour m’avoir donné l’opportunité de vivre une expérience professionnelle et humaine aussi forte. Merci de m’avoir laissé écrire un peu ce que je voulais (en me censurant de temps en temps, à juste titre héhéhé), ça a aidé à faire exploser ma créativité.

 

Maintenant il est temps de passer le relais à quelqu’un d’autre, ça fait tout drôle. Et c’est aussi le moment d’aller chopper un peu d’expérience dans une autre entreprise, dans un nouvel environnement. Mais je sais que d’une manière ou d’une autre, je reviendra un jour dans les bureaux.

 

 

C’était la dernière,

Encore merci.

Val’

I’M BACK!
Des news de Smiirl